TITRE
essai

Continuer
Une question ? Pour joindre Virginie Beaufils le 03 23 20 26 31 !

Samedi 20 avril 2024

Collection principale

MONOGRAPHIES DES VILLES ET VILLAGES DE FRANCE

Collection fondée en 1987
sur le Net depuis 1997

Recherche d'un ouvrage


Par ville, village :

Par département :


Anthologie sonore (CD)

autres sites





ACCUEIL

LOIGNY-LA-BATAILLE de 1870 à 1912


Par l'abbé Provost


Référence : 2936
Date édition : 2010
Format : 14 X 20
ISBN : 978-2-7586-0406-8
Nombre de pages : 570
Première édition : 1912
Reliure : br.

Prix: 68.97€


     Au moment où commence ce récit, en 1870, Loigny n'est qu'un humble bourg de Beauce aux maisons d'apparence chétive et aux toits de chaume, qui ne compte pas plus, hameaux compris, de 435 habitants. Il deviendra cependant le théâtre de la bataille du 2 décembre qui met en pleine lumière la vérité sur la guerre de 1870 : ce fut « un châtiment public qui, accepté chrétiennement, serait devenu pour nous une rédemption ». Nulle part, on ne trouve comme à Loigny une série de revers qui succèdent aux victoires de la veille au soir et aux avantages de la matinée. « C'est l'avortement de toutes les combinaisons politiques, la chute de toutes les espérances humaines, en même temps que l'immolation volontaire des plus saintes victimes ». À la faiblesse organique de la France s'est joint un ensemble de coïncidences malheureuses qui, même dans l'esprit de l'ennemi victorieux, donne la sensation que la chance, ou la Providence, plus que le mérite, est à l'origine de la tournure que prirent les événements. Avec l'aube du 2 décembre apparut une lueur d'espoir pour les habitants de Loigny. Ils crurent sortir d'un lourd cauchemar, voyant l'ennemi s'éloigner et leur village reprendre un peu de liberté. Puis les soldats français commencèrent à arriver, sous l'acclamation des villageois, alors qu'une observation attentive de la plaine, depuis le haut du clocher, permit de constater la présence des Prussiens, évalués à cet instant à 40 000, tandis que la division Barry qui marchait en première ligne ne comptait, quant à elle, que 11 000 hommes, presque tous des mobiles sans instruction. Quand à neuf heures, le premier coup de canon retentit, des nuées de corbeaux planaient au-dessus des deux armées, leurs coassements sinistres semblant appeler le festin que la lutte allait leur préparer. Presque toute la population s'était mise à l'abri ; on vit cependant une pauvre vieille affolée de terreur, poussant ses vaches qu'elle avait su soustraire aux réquisitions de l'ennemi, ou ce père et son fils attardés atteints par un obus dans leur fuite désespérée : le jeune ne fut que blessé, le vieillard succomba. Les prêtres qui sont allés sur le champ de bataille ou dans les ambulances assister les blessés, ont « entendu des mots sublimes, connu des sacrifices héroïques, vu mourir de nobles enfants » dont la mémoire, qui demeure « la consolation de ceux qui ne veulent pas désespérer de la France », mérite d'être conservée à tout jamais.
© Micberth
     

19:23

   RECHERCHE

Mon panier           


(Panier vide)


LA PRESSE EN PARLE

Nos principaux libraires

Adresses utiles

LE LIVRE D'HISTOIRE
LORISSE
Place du Château
02250 AUTREMENCOURT
à Paris
(courrier exclusivement)
67, Rue Saint-Jacques
75005 Paris

Service libraires :
Virginie Beaufils
Tél : + 33 (0)3 23 20 26 31
lorisse@wanadoo.fr

LE LIVRE D'HISTOIRE
HISTOIRE LOCALE
2, Petite Rue
02250 AUTREMENCOURT

Service clients :
Annick Morel
Tél : +33 (0)3 23 20 32 19
livre-histoire@wanadoo.fr

Direction tutélaire :
Virginie Micberth

Direction technique
Charles Cormery
lorisse.tech@wanadoo.fr