TITRE
essai

Continuer
Une question ? Pour joindre Virginie Beaufils le 03 23 20 26 31 !

Vendredi 15 novembre 2019

Collection principale

MONOGRAPHIES DES VILLES ET VILLAGES DE FRANCE

Collection fondée en 1987
sur le Net depuis 1997

Recherche d'un ouvrage


Par ville, village :

Par département :

Anthologie sonore (CD)

autres sites







ACCUEIL

LA SORCELLERIE AU COMTÉ DE BOURGOGNE (Histoire de)


Par Aristide Dey


Référence : 3377
Date édition : 2015
Format : 14 X 20
ISBN : 978-2-7586-0885-1
Nombre de pages : 138
Première édition : 1861
Reliure : br.

Prix: 19.00€


     L'église s'est émue des impiétés des assemblées du sabbat, variante des mystères de Diane, dès les premiers temps du christianisme. Elle reconnaissait alors coupables d'idolâtrie ceux qui se livraient à ces désordres et ceux qui croyaient à la réalité de ces scènes fantastiques. Les capitulaires toutefois se gardaient de prononcer des peines corporelles contre les habitués du sabbat. Ils recommandaient seulement aux pasteurs d'instruire et de désabuser les fidèles, et d'empêcher la contagion de ces croyances erronées. Les restes de la sorcellerie primitive ne furent considérés comme un crime de lèse-majesté divine et humaine qu'en se confondant avec l'hérésie. La sorcellerie prit une certaine uniformité au moment où la société religieuse fut mise en péril par les perturbations réformatrices et les violentes attaques de Luther, Calvin et de leurs disciples. Jean de Chalon, comte de Bourgogne surnommé le Sage, effrayé des progrès que faisaient dans ses états les Vaudois, hérétiques aux mœurs très pures qui attribuaient à tous les fidèles le pouvoir de consacrer et d'administrer l'eucharistie, sollicita et obtint du pape Innocent IV, en 1247, l'établissement de l'Inquisition dans son comté. Quand l'hérésie n'osa plus se montrer, à partir de la fin du XVIe siècle, c'est la sorcellerie que l'Inquisition poursuivit comme crime principal. Les lois ecclésiastiques, les seules que ses membres pouvaient appliquer directement, ne paraissant pas assez sévères pour réprimer tous les débordements des sorciers, des lois spéciales furent portées contre eux par les souverains du comté de Bourgogne. Bien avant leur promulgation, un principe prévalait : le crime de sorcellerie était un crime exceptionnel, soit à cause de son énormité, soit parce qu'il était commis la nuit, environné du plus grand mystère. Une fois que le magistrat avait pu réunir un indice grave (l'aveu de l'accusé, les mensonges et variations aux interrogatoires ou la clameur publique, par exemple) et un indice léger (tel que l'habitude de l'accusé à tenir les yeux fixés à terre pendant l'interrogatoire, son regard affreux et sa mauvaise physionomie ou de fausses larmes), l'accusé subissait la torture. Deux séances étaient programmées. Sorti triomphant de cette double épreuve, l'individu qui n'avait pas avoué, était retenu pour voir administrer la preuve testimoniale. Les témoins pouvaient être des enfants avant la puberté, des possédés pourvu qu'ils soient exorcisés ou même des parents. Guillaume Vuillermoz résista à la torture mais succomba aux déclarations de son fils de douze ans qui l'accusa de l'avoir conduit au sabbat.
© Micberth
     

18:34

   RECHERCHE

Mon panier           


(Panier vide)


LA PRESSE EN PARLE

Nos principaux libraires

Adresses utiles

LE LIVRE D'HISTOIRE
LORISSE
Place du Château
02250 AUTREMENCOURT
à Paris
(courrier exclusivement)
67, Rue Saint-Jacques
75005 Paris

Service libraires :
Virginie Beaufils
Tél : + 33 (0)3 23 20 26 31
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75
lorisse@wanadoo.fr

LE LIVRE D'HISTOIRE
HISTOIRE LOCALE
2, Petite Rue
02250 AUTREMENCOURT

Service clients :
Annick Morel
Tél : +33 (0)3 23 20 32 19
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75
livre-histoire@wanadoo.fr

Direction tutélaire :
Virginie Micberth

Direction technique
Charles Cormery
lorisse.tech@wanadoo.fr
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75