TITRE
essai

Continuer
Une question ? Pour joindre Virginie Beaufils le 03 23 20 26 31 !

Samedi 11 juillet 2020

Collection principale

MONOGRAPHIES DES VILLES ET VILLAGES DE FRANCE

Collection fondée en 1987
sur le Net depuis 1997

Recherche d'un ouvrage


Par ville, village :

Par département :


Anthologie sonore (CD)

autres sites







ACCUEIL

BEAUVAIS (Manufacture de). Basse-lisse 1917-1933


Par Jean Ajalbert


Référence : MHA10
Date édition : 2020
Format : 14 X 20
ISBN : 978-2-7586-1071-7
Nombre de pages : 504
Première édition : 1933
Reliure : br.

Prix: 65.00€


     Lorsque Jean Ajalbert arrive à Beauvais, en 1917, c'est la guerre. « Le cœur sur la main, tout pavoisé d'innocence », il a des projets de modernisation, de renouveau, d'exposition, de roseraie. La façade rectiligne de la manufacture de basse-lisse lui donne l'allure revêche d'une prison, d'un hôpital ou d'une caserne. Dans les ateliers, il ne reste que les très jeunes et les anciens, une trentaine d'artistes sur quarante étant mobilisés. Craignant que la manufacture s'anémie, Jean Ajalbert s'attèle à améliorer le sort du personnel technique et des élèves-tapissiers. Les salariés obtiennent peu à peu des augmentations sensibles, mais il faudra attendre 1922 pour que l'assimilation du traitement avec les Gobelins soit établie pour les artistes et les élèves. Le 13 décembre 1917, la manufacture, toujours si sombrement fermée, s'entrouvre pour une première conférence. Désormais, de quinzaine en quinzaine, MM. Quignon et Anquetin réunissent leur classe de guerre, à chaque fois accrue. Au 1er janvier 1918, le nouvel administrateur rassemble ses remarques après six mois de tâtonnements. « Il y a un magasin, un magasinier. Cependant tous les ingrédients, de l'encre au savon, des clous à la bougie, traînent aux tiroirs du secrétariat. Á toute heure du jour, le personnel est par la ville pour mettre une lettre à la poste, acheter un litre d'essence, un paquet d'enveloppes. » Il doit alors se battre et vaincre la routine pour changer les habitudes. Les bombardements allemands redoublent et le 6 juin 1918 le ministère décide de licencier le personnel ; le 10 juin, la manufacture ferme. Au milieu du mois de janvier 1919, les caisses expédiées à Blois et celles entreposées au Panthéon reviennent à Beauvais. Par miracle, au regard de la précipitation avec laquelle s'est effectuée l'évacuation, pas un fil n'a été perdu. Les années suivantes, les rapports entre les représentants syndicaux et l'administrateur seront souvent houleux. Jean Ajalbert devra faire face à des « conflits absurdes » et des « réclamations inadmissibles », comme cette campagne menée contre l'éclairage artificiel. Les tapissiers refusant de travailler à la lueur des ampoules, les horaires furent alors répartis sur l'année, en fonction de la clarté du jour. Jean Ajalbert fait ici un récit « piquant et spirituel » de sa fonction de conservateur qui n'eut rien d'une sinécure. Ne se tenant jamais pour battu, il réussit avec bonne humeur et ténacité à redonner vie et moderniser une grande maison sur le déclin.
© Micberth
     

00:02

   RECHERCHE

Mon panier           


(Panier vide)


LA PRESSE EN PARLE

Nos principaux libraires

Adresses utiles

LE LIVRE D'HISTOIRE
LORISSE
Place du Château
02250 AUTREMENCOURT
à Paris
(courrier exclusivement)
67, Rue Saint-Jacques
75005 Paris

Service libraires :
Virginie Beaufils
Tél : + 33 (0)3 23 20 26 31
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75
lorisse@wanadoo.fr

LE LIVRE D'HISTOIRE
HISTOIRE LOCALE
2, Petite Rue
02250 AUTREMENCOURT

Service clients :
Annick Morel
Tél : +33 (0)3 23 20 32 19
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75
livre-histoire@wanadoo.fr

Direction tutélaire :
Virginie Micberth

Direction technique
Charles Cormery
lorisse.tech@wanadoo.fr
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75