TITRE
essai

Continuer
Une question ? Pour joindre Virginie Beaufils le 03 23 20 26 31 !

Dimanche 25 août 2019

Collection principale

MONOGRAPHIES DES VILLES ET VILLAGES DE FRANCE

Collection fondée en 1987
sur le Net depuis 1997

Recherche d'un ouvrage


Par ville, village :

Par département :

Anthologie sonore (CD)

autres sites







ACCUEIL

LE POULIGUEN et la Côte d'Amour. Poul Gwenn


Par Augustin Boury


Référence : 3534
Date édition : 2019
Format : 14 X 20
ISBN : 978-2-7586-1054-0
Nombre de pages : 154
Première édition : 1948
Reliure : br.

Prix: 18.00€


     Fuyant « comme moutons sous le vent d'ouest » la marée des sables, les habitants du premier Escoublac se réfugièrent aux XIIe et XIIIe siècle au Pouliguen qui comptait alors quelques maisons perdues dans les bôles et les marais. Au XVe siècle, la duchesse Anne confirme d'antiques usages et accorde des droits de franchise à l'industrie salicole qui est alors prospère. Deux siècles plus tard, Le Pouliguen connaît un âge d'or favorisé par les privilèges du « franc salé » : les paludiers bénéficient de la « troque » qui les autorise à échanger du sel contre du blé principalement ou du miel. Ces avantages donnant naissance au cabotage, les chantiers de constructions navales se développent. Le Pouliguen arme pour la pêche à la morue. Les premières maisons de la crique sont remplacées par de plus coquettes habitations où chaque cour possède son figuier et son grenadier. Les tours accolées aux habitations des notables serviront d'amers aux navigateurs rentrant du port. La période révolutionnaire, qui abolira les privilèges, mettra un frein à cet essor. En 1820, les premiers arbres sont plantés autour du calvaire, puis sur toute la falaise riveraine, afin d'arrêter les sables. Jusqu'alors rattaché à la paroisse de Batz, le territoire du Pouliguen devient paroisse indépendante puis commune, en 1854. Le cabotage et la pêche y sont prospères. Dans le vieux Pouliguen sardinier, les soirs de grande pêche règne une vie intense et colorée. Les pêcheurs chaloupent en groupes dans les rues, tandis que les marchands sauniers surveillent les saleuses. Le premier maire, Jules Benoît, armateur et industriel, facilite l'enseignement des enfants sur place et crée une usine de conserves sur la rive gauche du port. Un bureau de poste est ouvert ; on inaugure le chemin de fer en mai 1879. A la fin du XIXe siècle, Le Pouliguen prend son aspect de station balnéaire, de port de pêche et de plaisance. Les enfants viennent respirer l'air vivifiant de la mer sur la recommandation des médecins qui feront beaucoup pour la réputation de l'endroit. Un hôtel (le Gascoin) s'installe sur le port où les vieux marins viennent voir les bateaux « débouquer » de la Pointe. A l'entrée de la plage, s'élèvent deux grands chalets, propriétés du comte d'Esgrigny et du marquis de Montaigu. Les jours de fête régionale, les Pouliguennais font la fortune des marchands de gaufres, d'oublis et de ballons au son des binious venus d'Escoublac ou de Saint-André. Ce livre mêle avec bonheur histoire, folklore et sensations pour restituer la magie des jours enfuis.

© Micberth
     

10:49

   RECHERCHE

Mon panier           


(Panier vide)


LA PRESSE EN PARLE

Nos principaux libraires

Adresses utiles

LE LIVRE D'HISTOIRE
LORISSE
Place du Château
02250 AUTREMENCOURT
à Paris
(courrier exclusivement)
67, Rue Saint-Jacques
75005 Paris

Service libraires :
Virginie Beaufils
Tél : + 33 (0)3 23 20 26 31
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75
lorisse@wanadoo.fr

LE LIVRE D'HISTOIRE
HISTOIRE LOCALE
2, Petite Rue
02250 AUTREMENCOURT

Service clients :
Annick Morel
Tél : +33 (0)3 23 20 32 19
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75
livre-histoire@wanadoo.fr

Direction tutélaire :
Virginie Micberth

Direction technique
Charles Cormery
lorisse.tech@wanadoo.fr
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75