TITRE
essai

Continuer
Une question ? Pour joindre Virginie Beaufils le 03 23 20 26 31 !

Jeudi 20 juin 2019

Collection principale

MONOGRAPHIES DES VILLES ET VILLAGES DE FRANCE

Collection fondée en 1987
sur le Net depuis 1997

Recherche d'un ouvrage


Par ville, village :

Par département :

Anthologie sonore (CD)

autres sites







ACCUEIL

SAINTE-FOY-DE-PEYROLIÈRES depuis 1615 jusqu'à l'an XII de la République


Par Jean-Marie-Louis Igounet


Référence : 2882
Date édition : 2010
Format : 14 X 20
ISBN : 978-2-7586-0349-8
Nombre de pages : 352
Première édition : 1872
Reliure : br.

Prix: 44.62€


     Les nombreux documents que Jean-Marie-Louis Igounet a compulsés et reproduits dans son livre, lui permettent de reconstituer l'histoire de Sainte-Foy-de-Peyrolières à travers les bouleversements subis par ses administrations et les décisions d'ordre national ou local qui régissaient la vie quotidienne de ses habitants. Grâce aux arrêts du Parlement, il a pu déterminer ce que gagnaient chaque jour les travailleurs du sol ; par l'arrêté des consuls, le prix du vin dans les cabarets ; par les baux à ferme de la boucherie, le prix de la viande ; par les ordonnances de l'intendant, le prix de certains vêtements. Les charges qui pesaient sur la population étaient chaque jour plus importantes. Le service des milices, le logements des gens de guerre, les impôts fixés en bloc par l'intendant de la province et répartis par les consuls pour tous ceux qui n'avaient pas de terres ou d'offices privilégiés, les attaques incessantes contre les droits et les privilèges de la communauté qui entraînaient des procès ruineux, les rachats d'office ; « tout contribuait à plonger dans la plus profonde misère une population sans industrie et cultivant un sol ingrat et léger ». La levée des hommes destinés à servir la milice était toujours plus difficile, chacun cherchant à se soustraire au tirage au sort, au point que des mesures coercitives furent prises contre les déserteurs, leurs parents et les maires et consuls qui tentaient de les protéger. Si la décision de Louis XIV, en 1710, d'imposer la levée du dixième de tous les revenus, semble avoir peut-être « sauvé le pays » en contraignant tous les privilégiés de l'impôt qui assistaient jusqu'alors « à l'agonie de la France sans lui fournir une obole », la Révolution, quant à elle, commençait par écraser le peuple des campagnes. Celui-ci se méfiait de son voisin, la délation s'étant élevée au rang de vertu patriotique ; la loi terrible du maximum avait anéanti le commerce ; les capitaux avaient fui ; le papier monnaie commençait à être considéré comme un chiffon inutile. Et au nom de la liberté, les paysans, mornes et stupéfaits, ne pouvaient plus quitter leurs villages sans être munis d'un certificat de civisme.
© Micberth
     

13:35

   RECHERCHE

Mon panier           


(Panier vide)


LA PRESSE EN PARLE

Nos principaux libraires

Adresses utiles

LE LIVRE D'HISTOIRE
LORISSE
Place du Château
02250 AUTREMENCOURT
à Paris
(courrier exclusivement)
67, Rue Saint-Jacques
75005 Paris

Service libraires :
Virginie Beaufils
Tél : + 33 (0)3 23 20 26 31
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75
lorisse@wanadoo.fr

LE LIVRE D'HISTOIRE
HISTOIRE LOCALE
2, Petite Rue
02250 AUTREMENCOURT

Service clients :
Annick Morel
Tél : +33 (0)3 23 20 32 19
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75
livre-histoire@wanadoo.fr

Direction tutélaire :
Virginie Micberth

Direction technique
Charles Cormery
lorisse.tech@wanadoo.fr
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75