TITRE
essai

Continuer
Une question ? Pour joindre Virginie Beaufils le 03 23 20 26 31 !

Mardi 28 mars 2017

Collection principale

MONOGRAPHIES DES VILLES ET VILLAGES DE FRANCE

Collection fondée en 1987
sur le Net depuis 1997

Recherche d'un ouvrage


Par ville, village :

Par département :

Anthologie sonore (CD)

autres sites







ACCUEIL

BUFFON (Vie privée du comte de)


Par le chevalier Aude


Référence : DFDH35
Date édition : 2007
Format : 14 X 20
ISBN : 978-2-7586-0133-3
Nombre de pages : 154
Première édition : 1788
Reliure : br.

Prix: 19.27€


     L'amitié qui unissait le chevalier Aude et Buffon transparaît tout au long de cet ouvrage. L'admiration qu'éprouvait le premier pour le second lui dicte des pages d'éloge qui font du naturaliste un des plus grands hommes de « ce siècle des sciences ». Si « la Nature a trouvé son confident, son peintre, son historien », nul doute que Buffon a trouvé son plus fervent admirateur. La gloire qu'il appréciait tant (« elle était sa maîtresse favorite ») et la louange qu'il « aimait éperdument » ont nourri l'orgueil du savant. Mais ce besoin de considération n'est pas blâmable car il n'est que l'aboutissement d'un travail qui était vital pour lui. Homme de communication, il a su tout au long de sa vie se créer un réseau de relations qui lui a permis de mener sa carrière là où il l'avait voulu. La nature de ses rapports avec les femmes relève de son ambition de laisser ses travaux à la postérité. Sa vie durant, il n'a partagé avec la gente féminine que des rapports physiques, dont il a, semble-t-il, profité sans compter. En effet pour lui, la passion ne pouvait provoquer qu'une perte de temps. Il l'avait même chiffrée à quatre ou cinq ans : « deux mois pour la conduire à ses fins, quatre mois pour la savourer, deux ans pour être trompé, un an pour maigrir, voyager et se refaire ». Mais le chevalier Aude s'interroge : « Si il a bien fait pour les sciences d'apprécier les femmes [pour] ce qu'elles valent, a-t-il bien fait pour son bonheur ? » Il reconnaît aussi comme une faiblesse du savant de tout pardonner à une femme au physique avantageux. Tel était son critère de choix pour des conquêtes qui devaient être toujours plus rapides. « Les jeunes filles, les femmes niaises étaient fort à son goût, pourvu toutefois qu'elles fussent jolies ». Mais qu'on se rassure, « il fut le meilleur et le plus tendre des maris ». Et si ses théories sont parfois controversées, son Histoire naturelle a influencé deux générations de naturalistes. La question demeure : ont-ils appliqué le même savoureux mode opératoire pour leurs expériences sur la formation des planètes ?
© Micberth
     

04:21

   RECHERCHE

Mon panier           


(Panier vide)

LA PRESSE EN PARLE

Nos principaux libraires

Adresses utiles

LE LIVRE D'HISTOIRE
LORISSE
Place du Château
02250 AUTREMENCOURT
à Paris
(courrier exclusivement)
67, Rue Saint-Jacques
75005 Paris

Service libraires :
Virginie Beaufils
Tél : + 33 (0)3 23 20 26 31
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75
lorisse@wanadoo.fr

LE LIVRE D'HISTOIRE
HISTOIRE LOCALE
2, Petite Rue
02250 AUTREMENCOURT

Service clients :
Annick Morel
Tél : +33 (0)3 23 20 32 19
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75
livre-histoire@wanadoo.fr

Direction tutélaire :
Virginie Micberth

Direction technique
Charles Cormery
lorisse.tech@wanadoo.fr
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75