TITRE
essai

Continuer
Une question ? Pour joindre Virginie Beaufils le 03 23 20 26 31 !

Dimanche 19 novembre 2017

Collection principale

MONOGRAPHIES DES VILLES ET VILLAGES DE FRANCE

Collection fondée en 1987
sur le Net depuis 1997

Recherche d'un ouvrage


Par ville, village :

Par département :

Anthologie sonore (CD)

autres sites







ACCUEIL

ARRAS sous les obus


Par l'abbé E. Foulon


Référence : 3290
Date édition : 2014
Format : 20 X 30
ISBN : 978-2-7586-0784-7
Nombre de pages : 144
Première édition : 1915
Reliure : br.

Prix: 19.50€


     Lors de sa visite impromptue du 11 janvier 1915, Raymond Poincaré parcourut les rues solitaires et désolées où s'amoncelaient les ruines de la ville martyre. Le canon tonnait tout proche et les mitrailleuses crépitaient dans les faubourgs occupés par les Allemands. La ville, qui avait résisté depuis Jules César aux injures du temps et au vandalisme des hommes, était fière de ses monuments, de son beffroi élancé, de son hôtel de ville riche et fleuri, de ses places flamandes, de ses églises et de ses vieilles maisons évocatrices du passé, lorsque l'ordre de mobilisation fut affiché au milieu du silence et de la consternation. Chacun était cependant résolu à faire son devoir et dans la nuit du 4 au 5 août, quand le 33e régiment d'infanterie partit pour la frontière, ce fut au son du Chant du départ et de la Marseillaise scandés à pleins poumons. Le 2 septembre, 3 000 Allemands occupaient les casernes et la citadelle, se pavanant dans les rues mais payant ce qu'ils prenaient dans les magasins. Ils évacuèrent tous les blessés transportables puis partirent quelques jours plus tard par la route d'Achicourt. Alors que la bataille faisait rage autour d'Arras depuis dix jours, la plus grande partie de la population était encore sans inquiétude, le 5 octobre. Le lendemain, vers 9 heures et demi, le bombardement méthodique commença. Toute la journée, entrecoupée de quelques périodes de relative accalmie, les obus tombèrent « drus comme grêle ». L'air sentait la poudre et les gaz délétères. Á 18 heures, des quartiers entiers étaient la proie des flammes, les Allemands ayant largué des bombes incendiaires. Dès ce premier soir, de nombreux habitants quittèrent la ville. L'air effaré, emportant quelques maigres affaires, ils se dirigeaient vers la porte Baudimont, seule issue qui paraissait encore libre. Il fallut attendre le 9 octobre pour que les bombardements cessent. Arras offrit alors une vision d'horreur. Çà et là gisaient les cadavres des chevaux, des soldats et des civils tués par les obus au cours des trois jours précédents. Déjà en pleine décomposition, ils furent incinérés sur place. Les chaussées étaient défoncées et les maisons, éventrées. Les trous béants des immeubles laissaient voir le mobilier fracassé. Le quartier de la gare était un amas de ruines et le corps de bâtiments entre le Moulin Saint-Aubert et le marché aux poissons était en cendres. Les rues les plus pittoresques du vieil Arras étaient anéanties et toutes les maisons qui entouraient le beffroi étaient détruites. Après deux jours d'accalmie, la vie semblait reprendre son cours lorsque les Taubes planèrent à nouveau sur la ville. Arras devait rester encore longtemps sous les obus.
© Micberth
     
Feuille d'information :

Lire...

20:30

   RECHERCHE

Mon panier           


(Panier vide)

LA PRESSE EN PARLE

Nos principaux libraires

Adresses utiles

LE LIVRE D'HISTOIRE
LORISSE
Place du Château
02250 AUTREMENCOURT
à Paris
(courrier exclusivement)
67, Rue Saint-Jacques
75005 Paris

Service libraires :
Virginie Beaufils
Tél : + 33 (0)3 23 20 26 31
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75
lorisse@wanadoo.fr

LE LIVRE D'HISTOIRE
HISTOIRE LOCALE
2, Petite Rue
02250 AUTREMENCOURT

Service clients :
Annick Morel
Tél : +33 (0)3 23 20 32 19
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75
livre-histoire@wanadoo.fr

Direction tutélaire :
Virginie Micberth

Direction technique
Charles Cormery
lorisse.tech@wanadoo.fr
Fax : +33 (0) 3 23 20 31 75